• témoignage

    témoignage

    Qu'un article ou voir deux dans cette rubrique, un devoir de mémoire.

  • Aujourd'hui suite a une visite sur ste mère église (article qui sera mis en ligne bientôt) je me suis dit "maman a vécu le débarquement américain, alors pourquoi ne pas lui poser des questions, si elle veut me répondre sur cette fameuse journée où elle avait 10 ans et 4 mois.

    maman maman à 12 ans

    maman ne nous a jamais parlé de ces moments à par quelques phrases de ci delà, au détour d'une conversation.

    Elle s'appelle Mireille et c'est ma maman, elle a accepté , car tout où presque est encore présent dans son esprit.

    je vais essayé de le vous présenter cela comme une interview. par rapport au réponse que maman m'a donné, j'ai vérifié ou se trouvait les lieux et endroit qu'elle me citait, attention pas pour vérifier si elle disait vrai, mais plus pour me rendre compte  de la route qu'elle a fait a ce moment, et au détour je suis tombé sur un site qui explique bien la destruction de St lô.

    http://beaucoudray.free.fr/bombardements.htm

    Lylytop:  Tu habitais où au moment du débarquement américain.

    Maman:  A St lô rue Torteron (rue principale de st Lô) avec mes 4 frères et mes 2 soeurs de 13 ans à 7 mois.

    DSC00057 sûrement 2 ans après la guerre vu qu'il y a un enfant de plus.

    lylytop:  Et le 6 juin que c'est-il passé ?

    Maman:  Vers 5 h du matin les premières bombes sont tombées, papa nous a fait descendre à la cave.

    Lylytop: Est-ce que vous, enfants réalisaient l'importance du bombardement et les risques.

    Maman: oui et non, on avait peur surtout quand les bombes explosées. La tête entre les épaules, il n'y avait pas beaucoup de répit entre deux passages d'avions. Ils nous arrivait de remonter de la cave où on se croyait à l'abri, mais papa nous faisait redescendre très vite. Je me souviens ce n'était pas vraiment avoir peur, je pense qu'on était pas conscient du danger, on ne se rendait même pas compte de la gravité de la situation.

    • j'essaye de mettre les phrase comme maman me les dicte.

    Lylytop:  une anecdote pour cette journée?

    Maman:  (elle cherche....)  oui, ma copine est venu nous chercher pour aller à l'école, mais maman n'a pas voulu que l'on bouge de la maison, je n'ai jamais revu ma copine.

    • tristesse dans ses yeux.

    Lylytop: tu te souviens de son nom ?

    Maman: je sais qu'elle s'appelait Suzanne.

    • petite indication de maman, il y a peu elle m'a dit que ma grand mère c'est toujours reproché de ne pas avoir fait rentré Suzanne chez elle, car c'est en repartant vers l'école qu'elle a été tué.

    Lylytop: et au moment de partir?

    • oui car ils ont suivi la route de l'exode, il a bien fallu partir a un moment donné

    Maman: Papa était parti  dans la soirée voir les dégâts sur ST Lô, quand il est revenu en courant il a dit à maman "le Majestic est en feu!"

    Lylytop: le Majestic c'est quoi.

    Maman: C'était le cinéma. On est partis, vers on a traversé le jardin de "l'imprimerie Leclerc" qui se trouvait dans le fond de la cour, traversé leur maison, un autre jardin, quand on a atteint le haut de ce jardin, une bombe est tombé sur notre maison. Je me souviens que papa avait fait le tour avec la poussette et mon petit frère Daniel mais la poussette gênait par les pierres ils se sont débarrassés de la poussette, maman avait pris un grand torchon en partant, elle a enveloppé Daniel dans ce torchon et l'a attaché contre elle.

    • J'imagine qu'ils devaient courir mais je n'ai pas osé arrêter maman dans ses explications, mais j'imagine que dans ces moments on avance sans regarder derrière.

    Lylytop: Où êtes-vous allés?

    Maman: Nous sommes partis sur les routes à pied avec ce que l'on avait sur le dos, moi je me souviens, j'étais en chaussons.

    • De la maman nous a raconté tous en bloc, les routes, les chemins, mais je vais essayer de remettre dans l'ordre car elle nous racontais a fur et a mesure de ses souvenirs

    Lylytop: Après avoir quitté l'endroit où vous viviez?

    Maman: Quand on a quitté st Lô, on est passés par le bon sauveur*, qui avait été bombardé, des scouts nous ont aidé à passé par dessus les ruines.

    • bon sauveur: hôpital psychiatrique, mais pendant la guerre certaines salles servaient d'école , c'est là que maman allait à l'école.

    Lylytop: Il y a une rue de l'exode à St Lô, c'est la qu'on vous a réuni ?

    Maman: Je ne sais pas, on a suivi le mouvement, on c'est dirigés vers Torigny sur vire* où nous avons séjourné 1 nuit dans la maison du gardien du château de Torigny chez Mr et Mme Friteau, je me souviens de leur nom. Le lendemain nous sommes partis vers "Baupte", où dans un chemin ombrageux, oui les feuillage couvraient le chemin comme un tunnel, nous y avons passé 15 jours, dormi a la belle étoile, ensuite nous avons été délogé car les américains arrivaient.

    • torigny sur vire, Baupte  dans la manche.

    • j'ai essayé de revenir plusieurs fois sur le bombardement mais maman n'entendait pas, j'ai respecté son silence.

    Lylytop: Vous avez fui les américains ???

    Maman: oui, les américains faisait la guerre contre les allemands, et les allemands se trouvaient au milieu de notre convoi, Quand on entendait l'aviation américaine arriver, papa et maman nous mettaient dans les fossés, on ne réfléchissait pas on se jetaient à terre, plus exactement contre nos parents.

    Lylytop: Tu as vu quoi sur la route ?

    Maman: Nous avons vu des trous de bombes dans les champs, des cadavres d'animaux dans les arbres.

    Lylytop: et des êtres humains ?

    Maman: il y avait des blessés, des morts bien surs on en voyaient,  mais je ne m'en souvient pas très bien.

    Lylytop: Peut-être que mamie vous a empêché de voir certaines choses !

    Maman:  oui, je suppose ! car sur le chemin, après St Lô, nous avons cherché un abri, dans une ferme, maman nous a ramené contre elle pour nous protéger comme elle le faisait quand les bombes tombaient.

    • pour ne pas  torturer maman, je ne me suis pas éternisé sur qu'elle a pu voir  a propos des personnes décédé. Je crois qu'elle ne voulait pas se souvenir de cela.

    Lylytop: Après ce chemin ?

    Maman: Nous  sommes arrivés toujours à pied à "St Laurent de Cuves" (Manche) au château enfin cela ressemblait à un château.

    • oui il y a des images qui ne sont pas précises mais elle avait 10 ans.

    Lylytop: Combien de temps ?

    Maman: 15 jours, et de là nous avons continué en charrette tiré par un cheval, jusqu'à "Rennes", mais là on est pas restés longtemps.

    • Rennes: ille-et-vilaine Bretagne

    Lylytop: Combien de temps ? et pourquoi ?

    Maman: 3 ou 4 jours, mes frères, mes soeurs et moi on avait attrapé la gale, tu sais on a dormi par tout dans la paille, sur les chemins, donc il n'y avait pas d'hygiène, on est restés a Rennes le temps de se laver, de se changer.

    Lylytop: après ces 3 jours !

    Maman:  On a continué, jusque dans la Maine et loire à "Bourdiret" près de Anger (maine et loire), jusqu'à ce que papa trouve du travail.

    Lylytop:  Pourquoi ici ?

    Maman: Nous sommes resté ici parce que mon petit frère Daniel (7 mois) était gravement malade.

    Magalie: quel maladie ?? mamie a vu un médecin ?

    • "ma fille a aussi posé des questions a sa grand-mère".

    Maman: quelque chose comme une diarrhée verte, dans les centre d'accueil il y avait des médecins (je crois que c'était la croix rouge), on ne pouvait pas continuer, on nous a réquisitionné un logement, plutôt une pièce, je me rappelle une grand salle avec 2 lits, un pour mes parents l'autre pour nous, papa a trouvé du travail dans les ardoisières à "Belle air de Combrée" (dans le maine et loire). Après nous avons habité dans la cité "Paty gourdon" à Bel air.

    Lylytop:  A quel moment vous êtes-vous établis ?

    Maman:  Je crois en octobre 1944 car on a pas passé l'hiver dehors, nous sommes restés à Bel air de Combrée où, plus tard j'ai passé mon certificat d'étude, nous sommes revenus à St Lô en 1950.

    Lylytop:  Donc 4 mois sur les routes à pied, en charrette !

    Maman:  Oui ! les personnes qui était avec nous, on continué, d'après maman, mais je ne suis pas sure, ils ont été jusqu'à Vienne. C'est maman qui nous l'a dit ???

    Lylytop: Mais tu m'as dit à votre départ que vous êtes partis sans rien, comment vous vous êtes changés.

    Maman: sur la route il y avait des centres d'accueil où mes parents ont trouvé de quoi nous habiller et nous nourrir, je me souviens on a mangé des rutabagas, mais ce n'était pas bon.

    • et avec le sourire elle a rajouté.

    je me souviens on nous a donné des tartines de confiture avec plein de guêpes autour, c'était l'été !

    Mais tu sais on n'a pas toujours rencontré de la solidarité, maman c'est vu refuser du lait pour mon petit frère, c'est pour cela qu'il est tombé malade (malnutrition).

    Lylytop: La nuit du 5 au 6 juin, jusqu'au 7 juin, tu étais habillée ? certes en chaussons mais !

    Maman: Maman n'a pas voulu nous changer, enfin le soir du 6 juin elle a refusé que l'on se mette en tenue pour dormir, car le bombardement était très proche. Elle se préparait, je pense à partir.

    Jean-Pierre: Pourquoi que vous partait de l'endroit où vous étiez à chaque fois ?

    Maman: les endroits ou nous étions été réquisitionnés, une fois que l'on été reposés, lavés, alimentés, on reprenait la route pour laisser la place aux autres qui arrivaient.

    Lylytop:  Te souviens-tu d'une autre anecdote ?

    Maman: Oui ! je me rappelle de la gifle que ma soeur Geneviève (13 ans) c'est prise. Nous sommes arrivés à "Villedieu" au moment où ils bombardaient la gare, nous étions réfugiés dans un restaurant (où on nous a donné à manger), quand ma soeur qui n'avait peur de rien, c'est avancé vers la porte, juste à ce moment la vitrine est tombée suite à une déflagration, maman a attrapé ma soeur et lui a mit une gifle pour la ramener à la raison.

    • Réaction d'une maman qui a eu peur pour sa fille!

    Lylytop: Personne n'a été blessé chez vous ?

    Maman:  Non a part des maladies, des poux, puces et autre parasites, sinon pas de blessures.

    Lylytop:  Vous êtes partis de St Lô quand ?

    Maman: le 6 juin vers 20h 30.

    Lylytop:A quel date St Lô a t'il été libéré ?

    Maman: Je ne m'en rappelle pas, on été déjà partis.

    Lylytop:  Vous avez beaucoup marchés ? tant de km ?

    Maman: oui bien sur on étaient fatigués, mais je me souvient qu'on marchés surtout avec la peur au ventre.

    Lylytop : Mais quand vous dormiez a la belle étoile comme tu dis, on vous couvrez ???

    Maman:  On avait rien, pas de couverture, on dormait sur la paille, mais tu sais on été en été et on avait pas le temps de pensé avec ce genre de détail.

    Magalie: quel conversation aviez-vous avec les autre adultes et enfants, est-ce que vous étiez nombreux sur la route ?

    Maman: je ne me souviens pas, tout ce que je me rappelle, on avançait et on avait peur, sur la route on été repoussé par certaines personnes, sûrement nos allures de mendiants ?

    • Mais là c'est une petite fille de 10 ans qui c'est sentie rejetée, mais elle ne se rendait pas compte que la misère en ces temps là "1944" était partout héla!

    Maman: Tu sais avant le défilement des avions c'est à dire la veille, on s'amusaient à compter les avions, mais après on comptait rien, ça été très vite, des chapelets de bombes qui tombaient.

    • Voilà le témoignage de maman, elle s'appelle Mireille elle avait 10 ans et 4 mois quand l'aviation américaine a bombardé St Lô. Elle a essayé de ne pas se tromper dans les dates, horaires, les lieux où elle a arrêté, elle s'en souvient. Elle nous a dit que tout ce qui c'est passé été toujours bien vivant dans son esprit et que ce témoignage elle était heureuse de le faire.

    maman_2008 maman 74 ans en 2011

     

    DSC_0042Aujourd'hui mai 2014, 80 ans, avec 3 de ses arrières petits enfants

    • Elle m'a dit aussi que l'aviation américaine était passé la veille du débarquement et avait lancé des tracts, mais que personne en avait vu.  elle pensait que ce n'était qu'une rumeur.

    • j'ai cherché sur wikipédia en effet  il parle de ces tracts mais le vent soufflait et les tracts ne sont pas arrivés à st Lô mais au alentour. je pense que la ville aurait du être évacué avant l'arrivé des bombardiers,

    • ST Lô  fut décoré de la légion d'honneur en 1948, elle a reçu le nom peu enviable "capitale des ruines" expression laché par samuel Beckette en 1946, la ville fut détruite à 97%.

    Saint-Lô, capitale des ruines

     

     

     

    • j'ai fait un via michelin, avec les routes d'aujourd'hui 227 km, mais en 1944,  je doute qu'ils ont pris les autoroutes je ne sais combien de km il faut ajouter mais 4 mois pour faire cette distance ?????


    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique